lundi 14 avril 2008

François Simon: "critique gastronomique demande à revoir sa copie !"


Vous n’êtes pas sans connaitre le grand maitre du murmure gastronomique ??? J’ai nommé l’unique le très très parisien François Simon !

C’est bien parce que je raffole de l’émission La Mode la mode la mode, mais aussi d’Intérieurs qui précède, que je regarde ces quelques minutes de bourdonnements inaudibles sur la gastronomie française.

Pourquoi ne pas zapper ? Bonne question !
A dire vrai, sans doute que cela a à voir avec la curiosité plus que l’intérêt, avec une touche d’amusement !

Toujours est il que samedi dernier, me voilà à regarder la critique de Monsieur Simon.
Sous titre d’annonce par Paris Première : «Avenir : La critique de François Simon « Les Parisiennes » - A suivre ». Petits rectangles oranges…

Me voilà qui soulève une question bêbête devant mon mari : « C’est un restaurant ça, Les Parisiennes
Forcément, la perche tendue, celui-ci saute dessus et répond : « Non ! Il a changé ! Il n’est plus critique gastronomique mais sociologique ! Je crois que ça consiste à questionner des gens dans la rue et faire des commentaires, etc !»

Cela me parait tout à fait assorti au personnage ! Je le vois tout à fait faire une critique du style « Paris dernière » à une heure de plus grande écoute sur les habitudes typiquement parisiennes, des mimiques des bobos, une thèse « de l’usage du vélib en milieu urbain ! », et autres thématiques un peu folle du même registre !
Quelle belle rubrique cela pourrait nous donner !

Curieuse et pour une fois totalement intéressée par ce nouveau style, j’attend avec impatience que la nouveauté soit lancée.
J’attend la verve qui sera alors utilisée : version Lucchini tel un rythme poétique usant et abusant du 2nd degré ou style Mitterrand (le frère, pas le président!) et sa pédagogie lors de ces documentaires que je regrette tant ?
Attention ! Fin des jingles pub !

Grosse déception.
Mon mari très fier de sa supercherie rit. Moi, je pleure.
Pas de critique sociologique, pas de termes sulfureux ni de nouveaux mots à trouver dans le dico, pas de chansonnette parisienne à l’horizon, pas de rebond de balle !

Revoilà le fameux murmure gastronomique dans toute sa splendeur… En plus, aujourd’hui, ‘il casse de chez casse’ : pas de bonne température, gout simplement correct, note bien trop salée !
Toujours fidele au nouveau slogan parisien qui fait fureur sur le net : « I am a Parisian, I love RIEN ! »

Sacré Simon. Dommage. Peut être qu’un jour le concept naitra !
En attendant, je me lasse de ces commentaires souvent bien similaires et sans relief….
Attention François la routine te guette, et peut être est ce en partie pour cela que tu es désormais presque systématiquement négatif et acerbe ?

A méditer…ou pas.

2 commentaires:

cdrhum a dit…

Mine alors, j'ai même l'impression inverse : celle que François Simon cherche le plus possible à livrer des bonnes adresses sans verser dans la complaisance... Mais je ne suis sans doute pas très objective : je travaille avec lui sur son blog : simonsays.fr

soum a dit…

@ cdrhum : je vais y faire un trou alors !!! et j'avoue que j'ai peut etre été un tantinet dure sur ce coup là ! :) mais bon : c'est quand meme l'impression premiere qui prime (souvent) ! ;)